OFFREZ-VOUS DU PLAISIR OU FAÎTES PLAISIR À UN ÊTRE CHER.

Explorez nos meilleures offres à travers nos collections originales.
❤️ COLLECTION CARAÏBES
✈️ COLLECTION OCEAN-INDIEN
🏝 COLLECTION PACIFIQUE

Un enchevêtrement onirique, où poésie et métaphore rayonnent.

Agonie : Un film de fiction qui confronte les paradoxes et les tensions de la Méditerranée contemporaine

Introduction


Le film de fiction intitulé “Agonie”, réalisé par Loic Guinebault, un talentueux réalisateur, scénariste et photographe originaire de La Réunion, a suscité un vif engouement dans le monde du cinéma.

Sélectionné dans 20 festivals et récipiendaire de près de 8 récompenses internationales, ce film a également été acheté par TV5 MONDE.

En mettant en scène les paysages magnifiques d’une île méditerranéenne, l’œuvre de Guinebault explore les paradoxes et les tensions contemporaines de cet espace particulier.

La Méditerranée : Un lieu de paradoxes et de tensions


La Méditerranée, berceau de civilisations et de religions, a été le Mare Nostrum des Romains et a été marquée par la domination des marchands génois et vénitiens au Moyen Âge.

Cet espace a été le théâtre de confrontations et de conflits entre empires, mais a également été un lieu d’échanges et de circulation des idées et des innovations.

Aujourd’hui, la Méditerranée est devenue le premier bassin touristique du monde, attirant plus de 260 millions de visiteurs par an, surpassant ainsi les Caraïbes et l’Asie-Pacifique.

Les États de la région se disputent ardemment ses richesses naturelles, patrimoniales et archéologiques.

La mer Méditerranée est également une artère vitale du commerce mondial, des flux d’énergie et des matières premières, sillonnée par des bateaux de croisière et de plaisance.

Une mer fragile et ses tragédies humaines


Cependant, derrière sa beauté et son attrait touristique, la Méditerranée est une mer fragile, enclavée et fracturée. Elle agit comme un aimant en attirant les individus, mais peut également les séparer, les diviser et même les tuer.

Depuis 2014, plus de 17 000 migrants ont perdu la vie en tentant de traverser la seule route de la Méditerranée centrale.

Les instabilités politiques, les conflits armés, la détérioration des conditions socio-économiques et les conséquences du changement climatique poussent de nombreux individus à risquer leur vie sur des routes dangereuses, exploités et rançonnés par des passeurs sans scrupules.

Au-delà des décès tragiques, les violations des droits de l’homme sont monnaie courante pour bon nombre de ces migrants :

  • exécutions arbitraires avant l’embarquement, détention illégale et arbitraire, violences sexuelles, travail forcé et esclavage.

Le film Agonie : Une tragédie silencieuse exposée sans filtre ni discours


Dans le film “Agonie”, la toile de fond est celle d’une collision inattendue entre les trajectoires humaines sur une même île, baignée d’un temps radieux qui contraste avec la noirceur de la situation et les tempêtes qui se déchaînent dans l’esprit des protagonistes.

Le film nous confronte sans artifice ni discours à la tragédie silencieuse de ces êtres souvent dépourvus d’identité, à la mort trop rapidement oubliée, échoués sur des plages qui sont avant tout perçues par notre société comme des espaces de détente et de loisirs.

En fin de compte, le film pose la question du sens de notre humanité commune et de notre relation avec autrui, de nos réactions immédiates ou plus profondes, de notre solidarité, de notre indifférence ou de notre rejet.

Il ne s’agit pas de science-fiction ni de la vision d’un monde lointain et abstrait : c’est un film sur le monde réel, d’aujourd’hui et de demain, qui aborde également les questions intimes et parfois troublantes auxquelles nous sommes confrontés dans le partage durable du monde entre les êtres humains.


Intention du réalisateur

Le réalisateur, Loic Guinebault, a réalisé le film “Agonie” avec l’intention de sensibiliser les gens à la situation des migrants dans notre pays. Son objectif était de montrer les difficultés de leur vie et le regard des autres.

Il a délibérément choisi un homme blanc pour jouer le rôle du migrant afin de permettre aux spectateurs de se mettre à leur place et de dénoncer les préjugés.

Loïc Guinebault est convaincu que les images se suffisent à elles-mêmes et qu’elles permettent de réfléchir plus profondément à cette situation.

Il voulait filmer le contraste entre la beauté des lieux et l’inhumanité de la situation, en mettant en scène la souffrance extrême d’un être humain face à la passivité et au regard voyeur des autres.

Le réalisateur décrit le film comme un enfer au paradis, un cauchemar ensoleillé, métaphorique.

Le synopsis du film présente des migrants errant en Méditerranée sur un canoë, et l’un d’entre eux s’échoue sur une plage.

Un homme visite régulièrement cette plage, ignorant la présence du migrant.

Guinebault a choisi de tourner le film dans la région PACA, plus précisément sur l’île du Levant au large de Hyères. Cette île, principalement militaire, est moins touristique que ses voisines.

Le réalisateur souhaitait enraciner son histoire dans cet endroit oublié où règne le calme. Il connaissait cette sensation d’être seul au monde.

Les magnifiques criques, les eaux cristallines et les couchers de soleil contrastent avec la situation inhumaine de peur et d’angoisse que vit le personnage principal, sous le poids accablant du soleil.

Une lourde cage noire avec de gros barreaux laisse son esprit enfermé, seul et isolé des siens.

“Agonie” mêle réalité et fiction, en abordant des thèmes sociaux et en adoptant une approche naturaliste.

Le réalisateur utilise souvent une caméra à l’épaule pour se rapprocher des corps, de l’intimité et des souffrances des personnages, tout en contrastant avec l’aspect contemplatif du personnage qui se promène chaque jour sur la plage.

Le travail sonore est également utilisé pour varier les perceptions, allant des souffles et des battements de cœur au silence contemplatif.

Cette approche renforce le sentiment de perte et de solitude, permettant de mieux isoler le personnage principal dans l’immensité et la désolation.

Guinebault cherche à désorienter le spectateur en jouant sur les différentes échelles de plans et les perceptions sonores.

L’équipe

Auteur
Scénario et réalisation Loïc Guinebault Composition de la musique originale Christophe Allemand

Distribution
Acteur Achille Moleka Acteur Daniel Chanca Figurant Clément Vigon Figurant Johann Mauffrey Figurant David Bouche Figurant Ping François Figurant Miguel Carrasco Figurant Richard Audebert

Equipe technique
Réalisation Loïc Guinebault
Image Etienne Burguy
Son Léo François
Assistant réalisateur Richard Audebert Hair Make up Simon Rézeau

Post-production
Montage Lionel Alphonse
Musique originale Christophe Allemand Mixage Cyril Lecluse
Étalonnage Antoine Lootvoet
Affiche Jonathan Vigueur -Mandin
DCP et Générique Antoine Lootvoet

Production
Autoproduction Loïc Guinebault

54 Vues