OFFREZ-VOUS DU PLAISIR OU FAÎTES PLAISIR À UN ÊTRE CHER.

Explorez nos meilleures offres à travers nos collections originales.
❤️ COLLECTION CARAÏBES
✈️ COLLECTION OCEAN-INDIEN
🏝 COLLECTION PACIFIQUE

Artiste mahoraise originaire du village de Tsingoni, où se situe la plus vieille mosquée de France encore en activité ( XVIe siècle) , classée il y a quelques années Monument historique, Zily est une femme engagée. Elle porte depuis toujours les valeurs et traditions de Mayotte, que ce soit à travers sa musique ou sa personne: l’entraide, la solidarité, le partage.

elle incarne l’image de cette femme moderne, fidèle à ses racines et à ses origines

Avec plus de 39 millions de vues sur YouTube, près de 19 millions de vues sur Tik Tok et une communauté de plus de 80 000 abonnés sur Facebook, Zily démontre qu’elle réunit un large public, des plus jeunes aux plus âgés, et de tout horizon.

D’ailleurs, selon les statistiques de YouTube, la ville où Zily est la plus écoutée se situe à La Réunion. Il s’agit de Saint-Pierre, où elle a généré ces derniers mois plus d’1 million de vues.

À la deuxième place, on retrouve la ville de Paris puis la ville chef-lieu de Mayotte: Mamoudzou.

En quatrième position, on retrouve une autre ville de La Réunion: Saint- Paul.

Ses origines

Zily, dont les parents sont un père malgache et une mère mahoraise nommée Zaïna, est née à madagascar.

Elle a commencé à chanter à l’âge de 7 ans en s’inspirant des chants traditionnels mahorais appelés “debaa”, que sa grand-mère maternelle lui a enseignés.

Au fil du temps, elle a appris les techniques vocales des différents genres musicaux traditionnels de Mayotte.

À ses 16 ans, lors d’un passage radio, elle est repérée par Jean Raymond Cudza. Cela a conduit à la création de son premier titre, “Nyandzo” (amour).

Rapidement elle est devenue une célébrité et une artiste incontournable à Mayotte, en étant sollicitée pour chanter sur l’île et sa culture lors de grands événements tels que les “grands mariages” (Manzaraka).

Sa carrière

Ayant une passion durable pour le chant traditionnel mahorais et ayant l’ambition de poursuivre une carrière artistique, Zily a rejoint en 2009 le groupe Fleurs d’Ylang, qui était très prisé pour les grandes célébrations et les événements traditionnels typiquement mahorais, tout en propageant la tradition du chant mahorais en Métropole et à la télévision.

En 2014, elle a été distinguée comme le “coup de cœur” du jury du “Grand casting” de Mayotte.

Après avoir consacré plusieurs années à la scène traditionnelle, Zily a finalement décidé d’enregistrer plusieurs chansons mêlant musique pop et électronique.

Parmi elles, on trouve Tsika (qui signifie « ensemble » en malgache et « j’étais » en mahorais), qui est accompagnée d’un clip tourné à Tsingoni et a rapidement cumulé plusieurs millions de vues sur Youtube.

Bien que la chanson soit en partie autobiographique, elle est surtout une déclaration d’amour à Mayotte, tout en cherchant à promouvoir la culture mahoraise en dehors de l’île.

“ Tsika ” ( qui veut dire “J’étais” en shimaoré/”Ensemble” en kibushi), c’est l’histoire d’une enfance joviale et sans tracas, l’histoire d’une petite fille en totale harmonie avec le monde qui l’entoure ….

“ Tsika ”, c‘est aussi l‘histoire d‘un contraste entre une enfance où l’on est heureux avec pas grand-chose, hors de l‘abondance matérielle que l’on connaît aujourd’hui.


Dans cette chanson, Zily utilise des mélodies et des techniques vocales issues de la tradition, mais elle les modernise en combinant des instruments et des rythmes traditionnels mahorais avec des sonorités électroniques, pop ou R’n’B.

Elle a ensuite enchaîné avec d’autres succès tels qu’Amani (« paix », une chanson dédiée aux femmes) et le tube plus orienté dancefloor Moina Bibi

Une ambition internationale

En 2020, Zily a décidé de donner un nouvel élan à sa carrière en créant son propre label, “Yeka Music”, ainsi qu’une boîte de production connexe appelée “Yeka Production”.

Yeka Music marque un tournant dans sa carrière. Ce label, créé de sa propre initiative, illustre sa volonté d’aller plus loin en effaçant les frontières entre Mayotte et le continent africain, entre Mayotte et les autres territoires ultramarins, entre Mayotte et le reste du monde.

Elle collabore avec de nombreux artistes nationaux et internationaux tels que le chorégraphe Karlos Da Silva ou le musicien Stillnass.

Ce label, implanté à la fois à Mayotte et en métropole, vise à diffuser la musique mahoraise à l’échelle nationale et internationale, notamment en Afrique de l’est (swahilophone), en Afrique occidentale (francophone) et en Amérique.

Selon Zily, si les chansons de tous ces pays peuvent être écoutées à Mayotte, alors les chansons mahoraises peuvent également être écoutées ailleurs, ce qui permet de faire découvrir la langue mahoraise et la culture locale.

Ce projet comprend également un volet de valorisation de la culture (intitulé Karibu hangu), qui établit des liens avec des associations locales et des administrations.

Une signature, un gimmick, ‘’YEKA BABA !’’, va permettre d’affirmer l’identité de Yeka Music comme une revendication :
“Voyez la puissance et le potentiel de la musique mahoraise.”

Après avoir créé son propre label et travaillé avec des artistes nationaux et internationaux, Zily décide de sortir son premier EP intitulé “Imani na amani” le 8 mars 2022 en ligne, à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, et le 11 janvier 2023 en format disque.

Cet EP de 9 titres rassemble ses premiers succès et de nouvelles compositions, qui témoignent de son engagement à mélanger la musique traditionnelle mahoraise avec des influences électroniques et afro-américaines.

Le succès de cet EP lui permet d’étendre sa notoriété au niveau national et international, et elle est invitée à se produire à Paris et au festival international Visa For Music à Rabat (Maroc).


LA CONFIRMATION AVEC “AMANI”

Après Tsika, où l’artiste Zily a exploré le thème de l’enfance, c’est avec un nouveau titre qu’elle propose de découvrir une autre facette de Mayotte : les femmes. “Amani”qui veut donc dire « paix », c’est l’allégorie de ces femmes puissantes, battantes, résilientes. “Amani”, c’est l’histoire de Mayotte, et à travers elle, l’histoire de toutes ces femmes qui font Mayotte.

Avec des sonorités toujours proches des traditions du territoire, mais en s’inscrivant dans l’ère du temps, Zily nous propose un kaléidoscope de ce que sont les femmes de Mayotte et déclare dans cette chanson: DZINA LANGUI LANGUI DZINA LA FULERA/ WAMI FULERA/ L’ylang-ylang est le nom d’une fleur / Je suis cette fleur.

C’est une véritable ode à toutes ces grand-mères, mères, femmes, jeunes et petites filles que l’artiste a tenu à faire à l’occasion de ce deuxième single sorti en novembre 2021.

En chantant “Amani”, Zily se fait le porte-voix de toutes ces personnes qui se battent au quotidien pour une vie meilleure, pour elles ou pour leurs proches.

Un consécration régionale et nationale

Aujourd’hui, Zily est reconnue au sein de la communauté mahoraise, que ce soit à Mayotte, à la Réunion ou dans l’Hexagone : elle incarne l’image de cette femme moderne, fidèle à ses racines et à ses origines. Dans une société où la musique n’est pas sujet pris au sérieux, ou la culture est tellement présente dans le quotidien qu’elle ne fait pas figure d’enjeu, Zily a pris le parti de faire de la professionnalisation du secteur de la musique son cheval de bataille, tout en portant toujours plus haut sa culture, que ce soit à travers ses mélodies, ses paroles ou vestimentaires.

même ses différentes tenues.
C’est depuis 2020 que Zily entame une gestion plus moderne de sa carrière, avec deux objectifs : démontrer que l’on peut vivre de sa musique promouvoir l’image de Mayotte auprès d’un public plus large, tout en conservant son univers qui lui tient tant à cœur.

Contact Presse

Communication

Tel: +33761574541

communication@zily.fr

46 Vues